SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Notre investisseur a injecté plus de 100 000 € dans notre marque

Nous avons posé quelques petites questions aux créatrices Minouche et Dina

Nous avons découvert Di. M Cosmetic il y a quelques années dans la boutique de maquillage It’s All about Make up à Paris. Depuis, la marque a beaucoup évolué, plus encore, elle a ouvert sa première boutique et comme nous sommes plutôt curieuses, nous avons posé quelques petites questions aux créatrices Minouche et Dina pour en apprendre plus sur leur aventure en tant qu’entrepreneuses.

Bonjour, vous êtes les créatrices de la marque Di. M Cosmetic, mais d’ailleurs, pourquoi ce nom ?

Minouche : Di.M signifie tout bonnement Dina (pour Di) et Minouche pour (M). Nous avons choisi de donner notre nom à notre marque pour l’incarner encore plus.

Comment vous est venue l’idée de créer votre propre marque de maquillage ?

Dina : Ce n’est pas arrivé par hasard, j’étais dans une période de réflexion sur ma vie professionnelle, je ressentais le besoin de faire quelque chose qui soit en relation avec mon rêve d’enfance. En effet, depuis toute petite j’ai à cœur de créer une entreprise dans le domaine du maquillage. J’adore le maquillage, j’ai toujours voulu travailler dans cet univers. Ainsi très vite, je me suis perfectionnée en suivant des cours à l’école Makeup art Academy Paris à Charenton.  À l’issue de cette formation, j’ai intégré la boutique Colorii (qui est par la suite devenue Niwel) en tant que conseillère en maquillage. J’ai également eu l’occasion de faire de l’évènementiel avec différents artistes lors de concerts ou encore des tournages de clips. J’étais par exemple la maquilleuse des clips de Mokobe, Fally Ipupa et d’autres artistes africains. Mais chez Colorii, je n’avais qu’un mi-temps, c’était donc insuffisant pour nourrir mes enfants. Je m’en suis plainte auprès de mon amie Minouche. A l’époque, elle me poussait déjà à ouvrir mon propre institut, mais je ne m’en sentais pas capable. Petit à petit, j’ai rencontré la structure PLANETE ADAM, qui me proposait de vendre des produits de cosmétiques.  Mais Minouche à tout de suite été contre. Pour elle, si on devait distribuer des produits, ce serait forcément nos propres produits. C’est de là qu’est partie l’idée de Di. M Cosmetic.  Avec Planète Adam, nous avons monté le projet et avons réussi à faire un petit emprunt 7 000 euros pour lancer une petite production test de la marque. Nous nous sommes focalisées sur des fonds de teints, que nous avons commercialisé un peu partout notamment dans la boutique « It’s All About Makeup » à Paris Châtelet. Nous avons travaillé dur pour nous faire un nom. La marque a été bien reçue mais nous avions toujours les mêmes retours, les gens voulaient voir le reste de la gamme, les autres produits… Nous devions donc passer à l’étape suivante et agrandir notre gamme avec des rouges à lèvres, des crayons etc.

Alors comment avez-vous réussi à financer le reste de votre gamme ?

Minouche : Ce n’était pas facile car nous ne savions pas vraiment comment nous y prendre. Nous avons donc sollicité un ami chef d’entreprise pour un petit prêt de l’ordre de 15 000 euros. Parallèlement, nous démarchions des laboratoires en France pour des devis concernant la fabrication de la gamme. C’est là que nous avons déchanté ! Un des laboratoires nous imposait des quantités impressionnantes par référence, impossible bien entendu pour nous à financer car nous avions en tête d’avoir 15 000 euros. Sur le moment, nous avons cru ne jamais pouvoir produire les couleurs et les nouvelles références que nous voulions. Dina était complètement affectée mais moi qui suis plus optimiste, je lui ai dit de ne pas perdre espoir et que nous finirions forcément par trouver une solution. Nous n’étions pas arrivées jusque-là pour que ça se finisse ainsi. Nous avons donc relancé notre ami, il nous a demandé un business plan, ce que nous nous sommes empressées de lui apporter. Nous n’avons pas eu de retour de sa part. Après plusieurs semaines sans nouvelles, il est finalement revenu avec une offre inespérée. Il souhaitait amener notre projet à un niveau supérieur en devenant investisseur principal de Di. M Cosmetic. Ainsi d’une simple demande de prêt de 15 000 euros nous avons trouvé un investisseur qui a injecté plus de 100 000 euros dans notre marque.  Cela s’est fait étape par étape et nous devions à chaque fois tout justifier mais sans lui nous n’en serions jamais là.

Parlez-moi maintenant de la philosophie de la marque. Quel est l’esprit de Di.m cosmetic ?

Dina : Nous sommes une marque de maquillage qui souhaite proposer plusieurs teintes aux femmes noires. Nous avions eu l’idée dès la création de la marque et nous nous sommes immédiatement positionnées comme expertes des teintes foncées. Aujourd’hui nous développons des teintes très foncées qu’on ne trouve pas chez d’autres marques traditionnelles. L’autre particularité de nos produits réside dans le fait qu’ils soient sans huile et sans paraben. Nous envisageons d’aller un peu plus loin avec des références uniques pour les femmes noires albinos. Nous travaillons vraiment sur les problématiques des femmes noires et souhaitons leur apporter une réponse adéquate avec Di. M Cosmetic.

Quels ont été les moments les plus difficiles dans l’aventure Di.M Cosmetics pour vous ?

Minouche :  Faire accepter la marque aux gens. En effet, les femmes ont déjà leur gamme de maquillage pour la plupart, alors réussir à les convaincre d’utiliser et d’adopter Di. M Cosmetics était quand même un challenge. Mais le plus gros défi était vraiment le financement de la marque. Nous avons dépensé beaucoup d’énergie à trouver notre partenaire financier. Nous l’avons convaincu d’investir 100 000 euros dans notre marque, pour nous c’est pas rien. Notre partenaire n’étant pas du métier, il fallait sans cesse argumenter pour le convaincre. Et même quand nous avions reçu son accord de financement, rien n’était garanti. A chaque minute, notre investisseur pouvait nous lâcher parfois il n’était pas d’accord avec nous et on pensait que c’était la fin, parfois il ne répondait plus à nos messages alors que nous devions valider des choses urgentes avec nos fournisseurs et qu’il était le seul à pouvoir donner son feu vert. Nous avons pensé à plusieurs reprises qu’il nous laisserait tomber et qu’on n’irait pas au bout de l’aventure. C’était très compliqué, c’était véritablement les montages russes. Nous avons aussi eu d’énormes moments de doutes, de pleurs … mais aujourd’hui nous nous rendons bien compte que nous ne paniquions un peu pour rien. Tout s’est fait comme il nous l’avait promis.

Et quels ont été les meilleurs moments ?

Minouche : Le jour, où nous avons installé l’enseigne de la boutique Di.M cosmetic, avec Dina nous avons eu une petite larme.

Dina : Je sais que l’inauguration de notre boutique est un des meilleurs moments de l’aventure Di. M cosmetic, nous avons eu tellement de soutien autour de la marque depuis le début, et toutes ces personnes étaient présentes, c’était un grand moment d’émotion!

Auriez-vous des conseils à donner à ceux qui pourraient avoir envie de lancer leur propre marque ?

Minouche : D’abord, je dirais qu’il faut croire en ses rêves et ne pas lâcher ! Ensuite ne pas se mettre de barrières, du genre je n’ai pas fait d’études ou je n’ai pas telle ou telle compétence… Enfin ne pas oublier de cibler son projet en fonction du temps et du moment présent. Certaines tendances ne fonctionnent qu’à des moments précis.

Où pouvons-nous trouver les produits Di. M Cosmetic ?

Actuellement nos produits sont essentiellement vendus en région parisienne et dans notre boutique, au 42 bld de Magenta dans le 10ème arrondissement mais vous pouvez aussi trouvez nos produits sur notre site internet www.dicosmetic.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi